Disque, spectacle

On n'est pas assez près des bacs à sable des disquaires. C'est dommage, car on rate souvent des perles.

Ainsi, en farfouillant hier dans les CD envoyés à mon confrère qui s'occupe de la culture, j'ai découvert un album au nom tout à fait original. Les Cantatrices chauves. J'ai trouvé ça marrant et je lui ai demandé s'il connaissait et si c'était bien. « Oh, encore un groupe de copains de classe, sans aucun intérêt », m'a-t-il répondu en haussant les épaules.

J'ai donc reposé l'album, on écoute bien assez de merdes comme cela.

Ce matin, il est venu me voir à mon bureau pour me dire qu'il s'était complètement trompé et il me conseillait vivement découter le disque, qui recelait des trésors cachés, et qui était, dixit « un flamboyant opus, sans doute le meilleur de sa génération ». Ça m'a fait rire, parce qu'il n'a pas du tout l'habitude de s'exprimer comme cela. Et puis avec son cocard, derrière ses lunettes, il avait une gueule vraiment marrante. Je lui ai demandé ce qui lui était arrivé. Il m'a répondu sobrement qu'il avait rencontré une porte. « Change de lunettes », lui ai-je conseillé en regardant la pochette de l'album qu'il venait de me remettre.



Je viens d'écouter et, hum, comment dire… vraiment flamboyant. Tiens, c'est à offrir surtout même à son meilleur ennemi…

Bonne nouvelle, il paraît que le groupe va faire tous les festivals importants cet été. Bon, moi, en même temps, je serai au Portugal alors je pourrai pas aller les voir. Mais je suis sure que ça va valoir le coup…