Des nouvelles de ma radio (j'ai fini)

Le temps des chanté nwel était passé depuis un moment. Il fallait bien que je me décide à changer de musique. D'autant que je pars pour quelques semaines (au soleil, non, je vous promets, je n'ai pas mis de Jenifer… je n'en suis pas là). Il y a une cinquantaine de morceaux, quelques heures d'écoute. Au bureau, avec le casque sur les oreilles, j'ai testé. Ça le fait grave !

Je ne sais pas si je vais pouvoir finir cette note avant de partir. Je fais mon maximum ce soir, pendant que d'autres boivent des bières à l'autre bout de Paris (Carnets). J'ai enfin achevé mes bagages et réussi à réparer la connexion de mon ordi portable (c'est stressant juste avant de partir), grâce à M. Wanadoo qui m'a aiguillé sur la bonne voie... Me reste plus qu'à finir cette note...
1. Par temps calme. Gérald Toto.
« Kitchenette ». Juste un petit clin d'œil, puisse que c'est ce que je vais vivre dans quelques jours, un temps calme, là bas près de la mer des Caraïbes. Gérald Toto est lui aussi des Antilles. De Martinique. Je ne le connaissais pas du tout, j'ai trouvé son disque par hasard il y a quelques jours. Et c'était une bonne journée parce que j'aime beaucoup.


2. Canto de Ossanha. Vicinius de Mores, Maria Creuza, Toquinho.
Enregistrement à La Fusa. Un grand poète, une belle chanteuse et un merveilleux guitariste pour un concert de rêve donné dans un cabaret argentin. Un grand moment et le meilleur de la bossa nova . « Amar, sofrer, chorar, viver… » Il y en a qui avait tout compris à la vie.

3. Rale rale. Eugène Mona.
Avant le temps calme, malheureusement, il y a la colère, la rage, la lutte, les larmes, le sang. Alors la chanson du martiniquais Mona, c'est un peu tout cela à la fois : la colère des banlieues, le proviseur révoqué, les enfants en danger…

4. Jacko, Saïan Supa Crew
« Blow ». Toujours dans la même veine, la chanson – légèrement moqueuse – du grand Jacko qui aime les voyages et qui se fait la malle avec notre argent. Le Jacko qui n'est pas las des mensonges (pas lasse menti en lo) et qui porte la couronne pour cacher ses méfais… C'est curieux, mais ça me rappelle vaguement quelqu'un… En passant, le dernier Saïan Supa Crew, que du bon !

5. Fils de France, Saez
Tiens justement… En ce jour funeste où j'ai été obligée de voter contre mes convictions. J'aimerais que cela ne se reproduise jamais. Et qu'on sache bien ce qu'on fait de son vote. Il y a des leçons quon ne devrait jamais oublier.

6. L'ami déchiré. Maximum Kouette
« lundi, je m'y mets » On ne peut pas être en colère tout le temps. La vie est là, qui nous prend, qui nous fait courir, bosser, avaler les journée comme des ânes. Avec aussi ses inévitables lois de l'emmerdement général, ou de l'emmerdement maximum. Comme Maximum Kouette. Ce n'est pas un groupe tout jeune. Mais toujours aussi frais. Avec des tas de titres en téléchargement gratuit sur un site à leur image. Et une bonne philosophie de la vie des glorieuses seventies…

7. The House of the Rising Sun. Les Beatles.
C'est une poilade. Ils étaient en enregistrement. Et a un moment, ça a dérapé. Je ne sais pas comment était la moquette de leur studio ce jour là, mais elle avait l'air d'être efficace. Ça a dû les détendre…

8. Les joyeux bouchers. Catherine Ringer
Parce que c'est elle, parce que c'est du Boris Vian. Parce que c'est Jazzy. Et parce que c'est un disque que j'aime beaucoup : « Jazz à Saint Germain ». Que des femmes sur l'album, avec quelques accompagnateurs de qualité. La Ringer est ici accompagnée du Renegade Brass Band. « Faut que ça saigne ! »

9. La chanson de Satie, Arthur H.
« Adieu Tristesse ». Un très beau duo avec Feist. J'aime beaucoup Satie, haime beaucoup Arthur H et j'aime bien la voix de Feist. Donc, tiercé gagnant. Belle mélancolie. Le dernier album Adieu Tristesse, un baume pour les oreilles.

10. Stabat Materdolorosa. Vivaldi.
Le stabat mater est suivi de Cuius animam gementem et de O quam tristis et efflicta. (Cela faisait une éternité que je n'avais pas écrit de latin…) Sous la direction de Chritopher Hogwood
Une musique, jouée sur des instruments d'époque ; une voix, celle du haute contre James Bowman. Exceptionnel.

11. Le blues du lundi matin. Les Choralies
C'est un travail réalisé avec des enfants et que l'ont trouve en libre accès sur le Net. Il a été mené en France et au Québec par des musiciens et des écoles. C'est tout de même une expérience passionnante que de faire découvir une musique aux mômes en leur donnant la voix. Ça s'appelle « Du jazz aussi pour les petits ». Quand au blues du lundi matin, je pense que tout le monde comprendra de quoi il retourne. Je conseille aux mères de familles découvrant que la têtes de leur bambin est un véritable HLM Le Blues des poux… Malheureusement, le site québécois ne répond plus, mais le français est toujours au rendez-vous


12. Piste 2.
Je ne peux pas vous en dire plus. Je ne sais pas ce que c'est. Mais j'adore… Je pense que cela vient d'Amérique du Sud. mais je n'en suis pas sûr. Alors si quelqu'un connaît et peut me renseigner…

13. Ya Abdou, Fatma Sirhan
Un peu de baladi pour adoucir les mœurs… J'ai entendu cet air tous les mercredis après-midi pendant six mois. Et je ne m'en suis pas lassée. C'est le thème d'un des deux ballets de danse égyptienne interprété par les enfants de Liliane Malki.

Chorégraphie des enfants Invitation au spectacle



14. Pote Bambou, Eugène Mona Grand musicien martiniquais, Mona à été un initiateur du renouveau de la musique traditionnelle antillaise. C'était un flutiste hors pair et un grand poète créole. Et il y a encore dans ses chansons une urgence incroyable.

15. Funky drummer. James Brown
Un peu plus de trois minutes de percussions intenses. Sekwé ko a w, allez, secouez-moi votre corps… C'est extrait d'un des disques les plus bruts du grand James Brown : « In The Jungle Groove ». Du funk de bestia bruta. Mais quelle énergie !

16. La Patte. Saïan Supa Crew
« Blow », le dernier album. Un des meilleurs groupes rap français. Avec des textes souvent percutants, des sources d'inspiration de toute la diaspora noire. Vraiment fun(k). Parce qu'en fait, je ne suis pas sûre que ce soit du rap. Ça chante, ça danse, ça pulse…

17. Il n'y a plus d'après. Deborah Harris
On se calme un peu. Qui a oublié la chanteuse de Blondie ? Elle chante ici accompagnée des Jazz Passengers. Un grand moment de revival année cinquante germano pratin. Car c'est bien sûr tiré de l'album « Jazz à Saint-Germain-des-prés » sus-mentionné.

18. La vie en rose. Madeleine Peyroux. « Dreamland » Autre américaine chantant un classique de la chanson française. Une grande voix que certains comparent déjà à Billie Holliday, Le désespoir en moins je trouve. Car la grande Billie avait trop de cassures dans sa vie pour ne pas les porter dans sa voix. Mais enfin, la belle Madeleine, c'est bien aussi…

19. Comme un p'tit coquelicot. Mouloudji
Bon, pour moi, c'est une madeleine, mais de Proust celle-là. J'ai entendu cette chanson toute petite et fut un temps ou je la connaissais par cœur et la chantais volontiers devant les amis de mes parents. C'est une jolie chanson. Et puis Mouloudji… Tout le monde se souvient du vieux beau qui paradait chez Druker. Mais avant cela, quand j'étais petite, dans les vieux films noir et blanc ou dans les émissions de variété digne de ce nom, c'était une figure. « Père kabyle mère bretonne, les mélange quand même, ça fait de bien belles choses », disait ma mère en le regardant dans le poste. L'idée est restée…

20. O Tod, wie bitter bist du, Kathleen Ferrier
Mon père, un jour, est arrivé ave ce disque et nous a passé ce morceau. C'était pour lui un coup de foudre. Il me reste au moins cela de lui.

Je ne suis pas encore arrivé à la moitié des morceaux que j'ai mis dans cette radio. Je vais compléter au fur et à mesure... Mais ne me dites pas que vous n'avez rien entre les oreilles ni dedans…

Bon je continue, vaille que vaille…


21. Adieu Tristesse. Arthur H
Dans le CD du même nom. Une perle. Enfin, moi je dis. « Adieu tout est fini, Adieu les larmes, adieu la nuit… » Mais en même temps tout commence

22. Le Sud, Nino Ferrer
Je ne sais plus de quand date cette chanson. De mon adoelscence en tous les cas. Nous l'avions apprise avec ma mère (nous chantions beaucoup à la maison) et nous aimions cette chanson car elle nous rappelais notre vie en Charente, la maison où nous vivions. Ce n'était pas franchement le Sud. Pas le Sud de Nino Ferrer certainement, mais c'était notre maison, qui ressemblait à La Louisiane, à l'Italie…

23. Garota de Ipanema. Vinius de Moraes
Attention, culte. C'est l'hymne de la bossa nova. J'en aime particulièrement deux versions, celle-ci, interprétée par Vinicius de Moraes (père de la bossa avec Antonio Carlos Jobim et Joao Gilberto), Maria Creuza et Toquinho. Et l'autre, interprétée par Stan Getz au saxophone, Joao Gilberto à la guitare et Astrud Gilberto pour le chant… La musique brésilienne est riche et connaît un essor étonnant avec les batida. MAis je préfère la poésie de Vinicius…

24. This fooling Things. Jane Birkin
La petite anglaise chante en duo avec Jimmy Rowles. Le duo vaut cependant beaucoup pour lui (et l'accompagnement au piano), mais elle tire son épingle du jeu. Une petite trouvaille encore issue de « Jazz à Saint-Germain ». Le morceau craque un peu, ce qui donne au CD le charme d'un vieux vynile…

25. I'll been seing you. Françoise Hardy et Iggy Pop
La frêle françoise affronte l'iguane toujours sur « Jazz à Saint-Germain des Prés. Ni Jane Birkin ni Françoise Hardy ne sont connues pour leurs capacités vocales, mais elles ont su imposer leurs propres univers, que l'on retrouve d'ailleurs dans ces interprétations jazzy. C'est mignon, frais, sympathique et ça nous change des prouesses vocales de certaines. Et puis Iggy Pop en crooner, quand même…

26. Careless Love. Madeleine Peyroux
Eh bien, oui, j'ai craqué. J'ai mis un deuxième titre de Madeleine Peyroux. Mais bon, quand on aime, on ne compte pas.

27. Porsthmout. Françoiz Breut « Vingt a Trente Mille Jours ». Il y a quelques voix féminines que j'ai découvert grâce au monde du blog. Françoiz Breut en fait parti. Des textes et une interprétation digne des plus grandes dames de la chanson française avec ce rien d'affectation so snob… Intellectuelle, sans aucun doute, mais brillante et par dessus tout, pleine d'une émotion qui emporte le morceau.

28. Move Over. Janis Joplin
Oh mes jeunes années, où êtes-vous ? emportées dans le tourbillon de la vie, comme la vie de Janis Joplin. Pour un de mes anniversaires, celui de mes 16 ou 17 ans, ma grand-mère m'a demandé ce que je voulais avoir comme cadeau. Je lui ai demandé ce disque. Je pensais que jamais elle ne me l'offrirait… Je pensais mal. Je ne sais pas où elle l'a trouvé, au Printemps, au Bon Marché, ses magasins fétiches. Mais elle me l'a trouvé. Je l'ai toujours. Et c'est comme cela que je ne pourrai jamais dossicier dans mon esprit, le rock de Janis et une dame d'un certain âge qui m'est chère.

29. Les Beatles J'ai trouvé ce morceau des beatles sur mon ordinateur, sans titre… si quelqu'un reconnaît…

30. Soul power. James Brown
Get up and dance ! « In The Jungle Groove » bien sûr.

31. Big Joe and Phantom 309. Tom Waits
« Nighthawks At The Diner » Un de mes morceaux préféré du grand Tom. Parce que j'adore l'ambiance de ce concert, les accord de piano, l'histoire tellement classique du fantôme routier… Un morceau de l'Amérique qu'on aime.
32. Caravane. Brigitte Fontaine.
La plus déjantée des chanteuses françaises mais je suis prête à suivre sa caravane sur des kilomètres. Egalement dans l'album « Jazz à Saint-Germain »

La suite, demain...

33.El Farah. Henkesh
Un deuxième morceau de baladi qui a également servi de musique pour une danse.

Danse avec voile


34. Love to you. Beatles
1966. « Revolver ». Un morceau assez génial dans son genre. Quand les Beatles faisaient de l'asian avant la lettre. Pour ceux qui ont la mémoire courte (et pour les plus jeunes), c'est assez étonnant pour être souligné. Mais c'est vrai qu'ils ont eu leur période Hippie avec gourou et tout le toutim. Musicalement très en avance. Idéologiquement…

35. Pigmey attitude. Toups Bebey
J'ai appris récemment que Toups était le fils du grand, de l'excellent Francis Bebey. Mais j'aimais déjà ce morceau entre jazz et musique traditionnelle. Je suis une fille de la World…

36. Djouba des Zombis. Eugène Mona Un morceau qui peut faire comprendre pourquoi Alfred MarieJeanne, présidet de la région martinique dit de Mona que « forçant l'admiration de tous, sa voix authentique, mélange de force, de révolte, est un cri venu des mornes. Mona chante et joue la musique de son pays à la recherche d'une identité. Le contact qu'il prend avec la terre fait de sa contribution au patrimoine artistique et culturel du pays l'une des plus originales. Il s'est illustré en diverses occasions auprès d'artistes et a ainsi ponctué de sa voix vibrante bon nombre de compositions. Hélas, le 21 septembre 1991, Mona fait ses adieux. La veillée a lieu sous un tamarinier, arbre symbole : l'émotion est intense dans la population. L'artiste disparaît, mais sa musique vit et ses succès s'immortalisent… " Oui Misyé Mona ", on souhaiterait l'entendre. »
Bon plus simplement, Mona, c'est le cœur des Antilles.

37. Mamie Chatrou. Gérald Toto
« Kithenette ». Spéciale dédicace pour Labosonic. Il s'agit d'une recette en chanson. Gérald téléphone à sa grand-mère et lui demande la recette du chatrou (petite pieuvre). Et ça fait une chanson pleine d'humour. Cela dit, le chatrou, I bon mêm ! (vous pouvez à peu près suivre la recette mais n'oubliez pas qu'il faut attendir la bête auparavant en lui tapant dessus. Quant au temps de cuisson, débrouillez-vous…).

38. A copa do mundo. Vivicius de Moraes, Maria Creusa, Toquinho
« Enregistrement à la Fusa ». A copa do mundo e nossa. Pour, les brésiliens, poètes ou pas, la coupe du monde du foot est toujours une évidence : le trophée est pour eux… Une chanson d'actualité cette année et que je laisserai sur ma radio-blog jusqu'à la fin du Mondial en Allemagne.

39. Les papets, les Minots. Massilia Sound System
« Massilia Fait Tourner ». Je suis fan de Massilia sound system. J'aime bien Zebda, j'aime bien les Fabulous Troubadours. Eux, je les adore. Ils ont une pêche qui me met de bonne humeur. Et puis j'aime cette chanson, pour son rythme, son entrain, sa langue et pour ce qu'elle dit. Tiens je vais me la remettre celle-là !

40. Yesterday. Des Beatles
Tiens, j'ai mis beaucoup de Beatles finalement. Pourtant, je ne les écoute pas tant que cela. Mais enfin, ce n'est jamais désabréable. Ce morceau est, paraît-il une rareté. Le groupe présentait en direct live sa nouvelle chanson. Le son n'est pas tip top, mais l'ambiance y est.

41. Est-ce que tu aimes ? Arthur H.
« Adieu tristesse ». Un duo qui me ferais aimer M. Pourtant, je n'étais pas particulièrement fan. Mais là, le mélange de ces deux voix, cette légèreté de l'un qui adoucit le ton grave de l'autre, l'humour… Oui, j'aime…

42. Besame mucho… Les Beatles
Eh oui, encore. Il faut dir que les Fabulous Fab chantant en espagnol, ça ne se loupe pas. En fait, ils ne chantent pas en espagnol. Juste le titre. Mais c'est quand même très drôle…

43. Samba em preludio. Vinicius de Moraes, Maria creusa. Toquinho.
« Enregistrement à la Fusa ». Encore de la Bossa nova ? Oui mais n'oubliez pas que je serai bientôt sous les tropiques. Et puis c'est si joli… Je dédie celle-ci à ma Luciole qui écrit elle aussi de si beaux poèmes d'amour et qui saura bien pourquoi…
Eu sem você/Não tenho porquê/ Porque sem voçê/ Não sei nem chorar/ Sou chama sem luz/ Jardim sem luar/ Luar sem amor/ Amor sem se dar/

Ah, que saudade/ Que vondade de ver renascer/ nossas vidas/ Volta, querida/ Os meus braços/ precisam dos teus/ Teus abraços/ precisam dos meus/ Estou tão sosinho/ Tenho os olhos cansados de / olhar para o além/ Vem ver a vida/ Sem voçê meu amor/ eu não sou ninguém /

Eu sem voçê/ Sou so desamor/ Um barco sem mar/ Um campo sem flor/ Tristeza que vai/ Tristeza que vem/ Sem voçê,meu amor ,/ eu não sou ninguém*


44. Silhouette minuscule, Françoiz Breut
« Vingt a Trente Mille Jours ». On est loin de la tendresse du morceau précédent, celui-ci, pour moi, est plutôt un chant de désamour.

45 et suivant. La Traviata. Verdi
Les dernières scènes. Enregistré en public à Lisbonne en 1958 (jétais même pas née)… Avec Maria Callas, Aldredo Kraus et Mario Sereni. Chef d'orchestre Franco Ghione. La Traviata est un de mes opéras préférés. De toute façon, je suis une fan absolue de Verdi. Mais je n'ai pas encore trouvé une interprétation parfaite (pour moi). Celle-ci pêche assez terchniquement. On entend même des gens parler à côté du icro. Mais bon, la Callas est tragique et désespérée à souhait. Le ténor Alfredo Kraus et le bariton Mario Sereni, que je ne connais pas du tout (c'est pas trop de mon temps quand même) sont capables de nous arracher une larme...

Hé ! mais on dirait que j'ai fini. Je vais pouvoir partir en vacances… Yeppeee !
Prenez soin de vous, soutenez Garfieldd et passez régulièrement par ici parce que je vous ferai sans doute quelques racontars que vous écouterez en musique, car vous savez là bas, tout ce fait en musique :-)


(*) pour ceux qui veulent savoir ce que dit le joli poème de Vinicieus de Moraes, Samba em preludio. Sans toi,/ je n'ai plus de raison d'être/ Car sans toi,/ je ne sais même plus pleurer/ Je suis une flamme sans lumière/ un jardin sans clair de lune/ Un clair de lune sans amour/ Un amour qui ne se donne pas/

Ah, quelle nostalgie!/ Quelle envie de voir renaître/ nos vies/ Reviens chérie/ Mes bras ont/ besoin des tiens/ Tes baisers/ ont besoin des miens/ Je suis si seul/ J'ai les yeux fatigués de/ regarder vers l'au-dela/ Viens voir la vie/ Sans toi mon amour/ je ne suis personne.

Car sans toi/ Je ne suis que haine/ Un bateau sans mer/ Un champ sans fleurs/ Tristesse qui va,/ Tristesse qui vient/ Sans toi mon amour / je ne suis personne /

Fatal error: Uncaught Error: Call to a member function updateGetPostParams() on null in /homepages/41/d225076743/htdocs/Les-racontars/dotclear/cache/cbtpl/63/7c/637c4fae9fc453bcae52cef7f0a9e9ba.php:604 Stack trace: #0 /homepages/41/d225076743/htdocs/Les-racontars/dotclear/inc/libs/clearbricks/template/class.template.php(252): include() #1 /homepages/41/d225076743/htdocs/Les-racontars/dotclear/inc/public/class.dc.template.php(227): template->getData('post.html') #2 /homepages/41/d225076743/htdocs/Les-racontars/dotclear/inc/public/lib.urlhandlers.php(133): dcTemplate->getData('post.html') #3 /homepages/41/d225076743/htdocs/Les-racontars/dotclear/inc/public/lib.urlhandlers.php(500): dcUrlHandlers::serveDocument('post.html') #4 /homepages/41/d225076743/htdocs/Les-racontars/dotclear/inc/libs/clearbricks/url.handler/class.url.handler.php(146): dcUrlHandlers::post('2006/02/01/278-...') #5 /homepages/41/d225076743/htdocs/Les-racontars/dotclear/inc/public/lib.urlhandlers.php(194): urlHandler->callHandler('post', '2006/02/01/278-.. in /homepages/41/d225076743/htdocs/Les-racontars/dotclear/cache/cbtpl/63/7c/637c4fae9fc453bcae52cef7f0a9e9ba.php on line 604