Radiiiio

De la musique avant toute chose. J'ai changé ma ma radio ce week-end. et j'en profite pour faire un « petit » post parce qu'écrire, en ce moment, est un peu au-dessus de mes capacités.

Les chansons que je propose ne sont pas toute la musique que j'aime, mais une infime partie. Ce qui est vrai, en revanche, c'est que j'aime tous les morceaux proposés. Ou plutôt qu'ils ont tous fait vibrer chez moi un petit quelque chose. Une série de notes, une voix, un texte, des fois tout ça en même temps.


Ce qui est un peu idiot, c'est que lorsque j'affiche ma radio blog (le lien est aussi dans ma colonne de gauche) pour voir ce que j'ai choisi (je ne me rappelle pas de tout comme cela, il y a tout de même quelque 25 morceaux), je suis obligée de couper le son parce que je suis au bureau et que le fil de mes écouteurs est trop court pour relier mon ordi à mes oreilles. Quand j'aurais quelques sous, il faudra que je remédie à cela. Existe-t-il des écouteurs dont le fil mesure plus d'un mètre de long ?

Le premier choix, c'est Lynda Lemay (CD « Live »). Il est de bon ton, depuis que la dame fréquente un humouriste français, de faire la moue devant cette Québécoise. Je n'aime pas tout Lynda Lemay. Je n'aime pas du tout ses chansons guimauves qui dégoulinent de bons sentiments. Même les mélodies me donnent alors des hauts le cœur. Par contre, j'aime beaucoup quand elle débite, à sa façon bien sarcarstique, des petites tranches de vie. Chéri tu ronfles me fait bien rire, Les Souliers verts me rappellent des souvenirs. Ma chouette raconte la naissance de sa fille. Et elle résume bien ce que parfois on éprouve dans un tel moment. Comme cette chanson parle d'une naissance, il était normal que je la mette en premier.

2. Bo Mambo, d'Yma Sumac. « Mambo ! » Sans doute le comble de la kitscherie. Mais j'adore. La dame a tout de même une sacrée voix. J'ai mis un paquet de temps à trouver des morceaux d'elle. Et puis je suis tombée sur une compil. Il ne m'en faut pas plus. Je n'achèterai pas toute sa discographie (surtout pas ses derniers disques). Mais un morceau de temps en temps me mets en joie.

3. Deuxième Bureau, par le Bisso Na Bisso. C'est une extrait de leur « Concert du 15 mai 1999 ». J'écoute cela à mon ordi quand je veux de la bonne humeur. Ou en voiture, pour la même raison. Je danse alors assise sur ma chaise ou mon siège. Et je rigole. La chanson se gausse de tous ces hommes politiques (africains mais cela s'applique aussi à nos bons occidentaux) qui prétendent ne jamais sortir avec leur secrétaire (assistante chez nous). On va les croire… Chaque couplet est interprété par un chanteur différent, pas forcément du Bisso,. Il y a eu des tas de guest stars sur ce concert. Le CD est de la bonne humeur en barre. A consommer sans modération.

4. Bouteille, de Massilia Sound System. Extrait du double CD « Massilia fait tourner » Je ne suis pas Marseillaise. Je suis Parisienne. Mais ceux-là, je les aime d'amour. Comme le Bisso, ils me donnent le plein de bonne humeur. Avec eux, je recharge mes accus. Impossible de ne pas bouger mes fesses quand ils chantent. Eux, ne se posent pas la question de savoir s'il est important de continuer à apprendre le provençal, ou une autre langue régionale. Ils respirent leur langue. Et savent ce que partager veut dire.

5. The Rose, par Bette Middler, parce que j'ai adoré ce film et que j'ai adoré sa fin. Sur la radio, il n'y a pas que la chanson. Il y a aussi l'extrait de la BO où elle s'écroule sur scène après avoir chanté, de cette toute petite voix toute cassée, un air de son enfance, et qu'elle s'arrête « Where are you going, where everybody going… » Pure moment d'émotion.

6. Summertime, par Janis Joplin. Un peu dur cette suite pour Bette Middler, puisque son personnage dans le film s'inspirait de la vie de Janis Joplin. Mais j'adore positivement ce morceau qui me met les poils au garde à vous. La chanson est somptueuse et l'interprétation de la grande Janis montre quelle extraordinaire chanteuse elle était. Je me souviens qu'à un de mes anniversaires, peu de temps avant que ne débute le Bal des débutantes, ma grand-mère m'avait demandé de choisir un cadeau qui me ferait vraiment plaisir. J'avais alors choisi l'album de Janis, celui, classique, où on la voit habillée de mauve, avec robe en soie et boa, allongée sur un divan, complètement allumée. Move Over… génial. Surtout quand c'est mamie qui régale. Enfin, mes contemporains comprendront.

7. The Weight, Cassandra Wilson. Extrait du CD « Belly of The sun ». Une très très grande voix. Je l'ai découverte grâce à Steve Coleman, pour lequel elle officiait régulièrement avec les Five Elements. J'ai été conquise. Je lui suis depuis fidèle.

8. My funny Valantine, interprété par Chet Baker ( « Modern Jazz Archive »). J'ai toujours été amoureuse du grand Chet, de sa voix de velours, de sa guitare. Et puis quel beau gosse c'était… Ce mec-là, c'est du miel pour les oreilles.

9. Pâle Septembre, de Camille. Disque « Le Fil ». Mon dernier coup de foudre. Pour moi, tout est bon dans ce CD. Il n'y a rien à jeter (sauf peut-être le fil sonore après la dernière chanson qui dure une demi-heure, mais bon, on peut couper…) J'aime sa voix, ses musiques, ses textes. Bref, je suis fan.

10. Je pense à toi, Amadou et Mariam (album « Sou ni tile »), tels qu'en eux-même, avant que l'ami Manu Chao vienne les polluer avec sa word formatée. (Je suis un peu dure avec Manu Chao, mais ça fait dix ans que j'attends qu'il fasse quelque chose de nouveau. J'ai adoré la Mano Negra, maintenant, j'ai l'impression qu'il nous ressert toujours les mêmes rengaines.) Pour que l'on sache, si on les aime, pourquoi on doit les aimer.

11. Debe. Ali Farka Toure. Disque « The Heart of the Moon » Un des grands monsieurs de la musique africaine. J'ai piqué à un site assez bien écrit la description suivante de la vie du musicien : « Ali est né en 1939 dans le village de Kanau près de Gourma Rharous situé au bord du fleuve Niger dans la partie nord-est du Mali. Il était le dixième garçon de sa mère mais fut le seul à survivre à l'enfance. "J'ai perdu neuf frères du même père et de la même mère. Le nom que je porte est Ali Ibrahim. Mais il est une tradition en Afrique de donner un surnom étrange à votre unique enfant si vous avez perdu tous les autres". Le nom traditionnel qu'on a donné à Ali est "Farka" signifiant "Âne", un animal admiré à cause de sa force et de sa ténacité. "Mais laissez moi vous dire clairement une chose" dit-il "je suis l'âne sur lequel personne ne peut monter". »
La musique de d'Ali Farka Touré n'est pas celle d'un âne de la World Music. J'aime ses sonorités, ses constructions, sa voix, sa pureté. Comme je peux aimer celle de Baaba Maal. De l'authentiquement beau.

12. Lou, de Coralie Clément (« Salle des Pas Perdus »). Pour ma Lou à moi. Et c'est tout.

13. Le Twenty-two Bar, de Dominique A (« La Mémoire Neuve »). Pour les souvenirs que j'en ai. Et parce que Dominique A est une homme exigeant qui ne cède pas à la facilité. Et parce que j'aime la construction sonore de cette chanson.

14. Chui Normale, des Femmouzes T. Cette chanson me ressemble, je l'ai assez dit. Et j'adore leur CD « Tripopular ». Je me le passe en boucle. Hier, nous rentrions de la cueillette en voiture. J'avais mis ce CD dans le lecteur. Et j'étais plutôt heureuse d'entendre mes trois mominettes reprendre les refrains des chansons comme La Femme du soldat inconnu, On parle de parité (On parle d'égalité, on parle de parité, mais les femmes qui travaillent, n'ont pas gagné la bataille. On parle d'égalité, on parle de parité, mais les femmes qui travaillent, n'ont pas fini de batailler…) ou Homomachine (L'amour ça se conjugue à tous les temps, à tous les tons, à tous les âges et sans raison. De couleur ou de sexe il ne devrait être question). Il ne faut pas s'étonner que la chanson Chui normale me ressemble. Les idées de ces deux femmes ressemblent aux miennes.

15. Dance me to the end of Love, par Madeleine Peyroux ( « Careless Love »). Dont j'aime beaucoup la voix. Certains objectent qu'ils préfèrent l'interprétation de Leonard Cohen, l'auteur de la chanson. Je sais que lorsqu'on est fan, toute reprise de morceau paraît sacrilège. Mais je trouve que Miss Peyroux s'en sort parfaitement bien. Cette chanson met bien en valeur son timbre. Cela n'enlève rien au grand Léonard parce que la chanson est une pure merveille.

Dance me to your beauty with a burning violin
Dance me through the panic 'til I'm gathered safely in
Lift me like an olive branch and be my homeward dove
Dance me to the end of love
Dance me to the end of love
Oh let me see your beauty when the witnesses are gone
Let me feel you moving like they do in Babylon
Show me slowly what I only know the limits of
Dance me to the end of love
Dance me to the end of love


16. Catin d'harmonie, de Lonah (« Pièces »). C'est L'humaniste qui m'a fait découvrir cette chanteuse. Il part du principe que nos radios blog ne servent que des gens qui n'ont pas besoin de nous, qui ont déjà une couverture médiatique largement favorable. Et qu'il faudrait aussi, de temps en temps, aider de jeunes talents. Sur nos radios blog, on met surtout ce que l'on aime. Elle sont faites pour cela, pas pour faire de la promo. Mais il n'a pas tout à fait tort dans la deuxième partie de son discours. Pourquoi ne pas aider à la diffusion de jeunes, surtout quand ils ont du talent. Lonah, j'aime bien. Alors elle est là.

17. Comme Marie-Jo Therio. Ma deuxième québécoise. Dont j'aime la voix et les interprétations. Qui ne se sent pas obligée de gueuler pour montrer qu'elle sait chanter. Et parce que Another Love Song About Paris parle (un peu) de ma ville que j'aime (même si j'aimerais parfois en être à des kilomètres).


18. Affalée, de Le Maximum Kouette (« Lundi je m'y mets »). J'ai mis un temps fou à la télécharger celle-ci. Au début, elle faisait capoter ma connection. Puis elle ne passait carrément pas (j'avais oublié d'enlever l'accent aigu). Mais la voici tout de même. Le Maximum Kouette, j'adore. Ça me rappelle bien des souvenirs. rien qu'à l'écouter, j'ai le goût dans la bouche des lendemains de fiesta. La chanteuse a une voix ! Du bon rock français. Si si, y en a. Et féminin (si si), même si depuis les débuts, y a quelques mecs qui ont pointé le bout de nez.

19. L'Enfant roi. Noir Désir (« Des visages des figures »). J'ai mis un certain temps à réécouter du Noir Désir. Le sujet reste douloureux pour moi. Trop de copines passées à tabac. Et puis merde. Même si j'ai perdu toute espèce d'admiration pour Cantat, je n'en continue pas moins d'aimer la musique de ce groupe. Et cette chanson en particulier. Une de mes préférées avec Bouquet de nerf.

20. Après un gros stock de nanas, voici les deuxièmes d'une belle série de mecs : Arno et Brel. Le Flamand et le Wallon. Voir un ami pleurer. Malgré toute la mysogynie du texte du grand Jacques, une évidente beauté.

21. Mon amie douce, Sarclo. J'écoute ses chansons depuis presque vingt ans. Ce mec chante, parce qu'il aime ça et mène une carrière tranquille sans tapage et avec nonchalance. Il sort ses disques très régulièrement. Et quand il gagne un prix (le Georges Brassens), il partage le blé et la scène de l'Olympia avec tous ses potes qui ont moins de chance : lui n'a pas de problèmes de fin de mois, autant que tout le monde en profite. Ses chansons sont comme lui, un rien cynique, un poil tendre, un peu désabusée…

22. Nos vies dissolues. Les Songe-creux. J'ai découvert ce disque grâce au Maringoin et à ses notes douces amères (je ne parle pas là de sa musique mais de son blog). J'ai vraiment bien aimé. Je ne sais pas si le groupe existe encore. Le Maring pourra le dire si vous lui posez la question. J'espère qu'ils continuent tous la musique. Lui en tout cas c'est sûr.

23. Si, Beethova Obas («Si »). J'en ai très longuement parlé là. Sous la beauté, le désespoir. Les cyclones passent partout dans la Caraïbes. Tous les ans, à Haïti, ils font des centaines de morts.

24. I Eat Pussy Baby Day By Day, Snowball Johnny (« I'll be back »). Vous n'allez pas me croire. mais un jour, j'ai découvert ce morceau sur mon ordi au boulot. Sans doute un de mes remplaçants pendant des vacances se l'était-il téléchargé. J'ai trois petites pépites de cet acabit. J'adore cette voix, cette rudesse, cette simplicité. Pas de cinéma. Du blues, du pur et dur… Tellement pur et dur que les sites qui en parlent mettent parfois la mention "parents advisory". Apparemment, il livre sa musique gratos sur Internet. Autre chose, il est blanc et hollandais…

25. La preuve par trois. Saïan Supa Crew (« KLR »). Du rap. Et du bon. Les paroles, la ligne musicale. Il faut écouter. Ces types là on des choses à dire et ils les disent.
Il y a de quoi se faire du souci
Quant au devenir de l'homme sur la planète
A commencer par ce pays dans lequel je vis
Où l'on cultive la diffférence,
Laissant l'unité dans l'oubli.

Il vont sortir un nouvel album le 31 octobre. Avec un chanson avec Camille. Je biche.

26. Et pour finir, un pied de nez. A la Vincent Malone. Oui, Dansons la Capucine était une chanson révolutionnaire… et c'est bien pour ça qu'il faut l'apprendre à nos enfants.

Reposte du 27 janvier 2006 Je ferme les commentaires de ce messages pour cause de spam en pagaille. Quand ils ont une cible, ces saloperies là ne la lâche pas. Et vive Spamplemousse. Cela dit, mes spams ont commencé quand je l'ai installé. Incroyable, non ?


Fatal error: Uncaught Error: Call to a member function updateGetPostParams() on null in /homepages/41/d225076743/htdocs/Les-racontars/dotclear/cache/cbtpl/63/7c/637c4fae9fc453bcae52cef7f0a9e9ba.php:604 Stack trace: #0 /homepages/41/d225076743/htdocs/Les-racontars/dotclear/inc/libs/clearbricks/template/class.template.php(252): include() #1 /homepages/41/d225076743/htdocs/Les-racontars/dotclear/inc/public/class.dc.template.php(227): template->getData('post.html') #2 /homepages/41/d225076743/htdocs/Les-racontars/dotclear/inc/public/lib.urlhandlers.php(133): dcTemplate->getData('post.html') #3 /homepages/41/d225076743/htdocs/Les-racontars/dotclear/inc/public/lib.urlhandlers.php(500): dcUrlHandlers::serveDocument('post.html') #4 /homepages/41/d225076743/htdocs/Les-racontars/dotclear/inc/libs/clearbricks/url.handler/class.url.handler.php(146): dcUrlHandlers::post('2005/09/26/153-...') #5 /homepages/41/d225076743/htdocs/Les-racontars/dotclear/inc/public/lib.urlhandlers.php(194): urlHandler->callHandler('post', '2005/09/26/153-.. in /homepages/41/d225076743/htdocs/Les-racontars/dotclear/cache/cbtpl/63/7c/637c4fae9fc453bcae52cef7f0a9e9ba.php on line 604