Portraits d'étrangers

Fil des billets

lundi 19 mars 2007

La photo de classe



Des nouvelles de la famille Raba, expulsée dans des conditions rocambolesques, le 6 décembre dernier, les parents et leurs trois enfants, dont la dernière est née en France, sur le site de RESF

mercredi 14 mars 2007

Au revoir maman !

Depuis décembre, Winnie, trois ans et demi, scolarisée à l'école maternelle Max Dormoy, à Paris dans le 18e arrondissement, a été séparée de sa mère expulsée vers Madagascar. Elle n'a même pas pu lui dire au revoir.

Cette histoire, qu'elle a entendue plusieurs fois, a inspiré à Léone, le dessin de cette affiche.

Au revoir maman !


Lire la suite...

mercredi 7 mars 2007

Je vous donne rendez-vous

Rien d'intime, d'ailleurs, j'aimerais que nous soyons le plus nombreux possible car, c'est bien connu, plus on est de fous, plus on rit. Et là, il s'agit de faire la fête, de rire, tous ensemble, et de marcher ensuite dans les rues de Paris en chantant des chansons…

Lire la suite...

mardi 6 février 2007

Le petit joueur de foot

Emmanuel a 8 ans. il vit avec sa mère et sa sœur. Il aime le foot. Non, en fait, il a une passion pour le foot. Il rêve de jouer pour le Brésil, et puis après, de revenir en France, jouer pour les Bleus. Comme beaucoup de garçons de son âge, Emmanuel a un ballon dans la tête.

Lire la suite...

samedi 20 janvier 2007

Trajectoire

Parmi les étrangers qui peuplent mon quartier, certains ont eu des trajectoires terribles. Comme Maria.
Maria, je l’ai rencontré il y a trois ans. Sa fille, Sara, était dans la même moyenne section de maternelle que Léone. On n’a pas sympathisé tout de suite, ce sont les enfants qui nous ont rapprochées, parce qu’elles sont très amies. Léone dit qu’elle ne peut rien faire sans Sara, même si cette année, elles ne sont plus dans la même classe.

Lire la suite...

lundi 6 novembre 2006

Portrait de sans papiers : Nino et Georgi, les déracinés

Nino a 28 ans, elle est géorgienne. Georgi, son fils, vient d’avoir 8 ans. Il va à l’école du quartier. Tant qu’il est en classe, elle respire. Mais dès qu’il sort de l’école, c’est l’angoisse. En effet, elle est sous le coup d’un arrêté de reconduite à la frontière, que l’on appelle plus communément APRF. Si elle est arrêtée avec son fils, c’est le centre de rétention assuré. Et l’expulsion vers la Géorgie. Où elle ne veut pas retourner. Qui n’est plus son pays. Elle n’a plus aucune attache là bas. Quasiment toute da famille a quitté le pays. Son père l’a reniée. Son ancien mari ne veut ni la voir ni connaître leur fils. Pour elle, sa place est ici, en France, pays qu’elle a choisi quand toutes les portes se sont fermées, ailleurs.

Lire la suite...

jeudi 19 octobre 2006

Guita, portrait d'une femme libre

Guita se glisse sans peine sur la banquette en face de moi. Petite, menu, le visage fin et des yeux verts en amandes, elle a un sourire discret et une douceur qui donnent une autre dimension à cette apparence fragile. Il y a de la détermination dans ce sourire-là.

Elle est arrivée en France le 8 janvier 2004, avec ses trois enfants, un garçon qui a aujourd’hui 15 ans, et deux filles de 13 et 8 ans. Ils ont fuit l’Iran pour une histoire de Livre. Envoyé en Turquie de longs mois pour un boulot de commercial, son mari en revient muni d’un opuscule sur une religion qui n’est pas celle préconisée par son pays. Il a été mis immédiatement en prison, lui, le vétéran de la guerre Iran Irak, blessé au combat. A sa libération, la famille n’a pas hésité. Le danger était trop grand. Il fallait fuir, fuir avant que les gardiens de la révolution ne reviennent.

Lire la suite...

mardi 26 septembre 2006

Photo de classe

Lire la suite...