Aya et les siens

Fil des billets

samedi 3 juin 2006

Aya ne pouvant pas faire comme tout le monde, il aurait été étonnant qu'il en fut différent pour son bébé…

Les naissances sont comme les vies, quand elles atteignent un certain de degré de rocambolesque, et qu'on les raconte, les lecteurs se disent : « Mais où ils vont chercher tout cela… » Pourtant, notre imagination est souvent pauvre par rapport à la réalité. Voyez les pérégrinations d'Aya et des siens. C'est digne des grands romans réalistes du XIXe siècle. Je ne serai pas là pour jurer sur l'honneur que ces personnages ne sont pas sortis de mon imagination mais son bien réels, on pourrait en douter, tant leur histoire, ces dernières années, sont incroyables. On se dit : ce n'est pas vrai ! ce n'est pas possible… eh bien si. Partant de là, il aurait été étonnant que le bébé d'Aya naisse dans des conditions tout à fait normales…

Lire la suite...

samedi 1 avril 2006

Aya Aya ayé !!!!!!

Oui, je sais, le jeu de mot est nul. Mais c'est pas grave. Quand ça va mieux, on peut faire des jeux de mots nuls. Parce qu'on peut rire, comme ça, juste parce qu'on est content…

Lire la suite...

jeudi 30 mars 2006

Samu social, toujours plus haut, toujours plus fort !

Aya et les siens ne vont plus à l'hôtel porte d'Ivry. Pourtant, ils étaient près à s'y installer. Ils y ont même été hier soir. Le mari d'Aya a trouvé un ami qui a une voiture pour les déménager. Ils ont donc récupérer toutes leurs affaires et se sont dirigés vers l'hôtel. C'est arrivés sur place que ça s'est gâté.

Lire la suite...

mercredi 29 mars 2006

La famille d'Aya quitte Bobigny

Jeudi dernier, je ne sais pas si vous vous en souvenez, la responsable du pôle familial avait dit à mon amie que j'ai – et qui s'occupe de la famille depuis le début de cette triste histoire –, qu'une trentaine de places seraient négociées dans le 18e et que peut-être, la famille T. pourait en bénéficier. Mais il ne fallait rien en dire, pour ne pas leur donner de faux espoirs.

Lire la suite...

mardi 28 mars 2006

Des nouvelles d'Aya et pétition

Toujours pas de logement. Mais pas de catastrophe non plus.

Lire la suite...

mardi 21 mars 2006

Aya et les siens. Lettre à Xavier Emmanuelli

Les nouvelles ne sont pas terribles. Aya a rencontré une journaliste du «18e du mois», c'est la seule qui ait été intéressée par l'histoire. Il faut dire que l'actualité ne joue pas en la faveur de la famille T. L'amie qui gère leur dossier avait trouvé une solution pour que l'aînée des enfants puisse être à nouveau scolarisée, qui était de l'héberger la nuit et l'ammener à l'école le matin. Mais la petite n'a pas supporté d'être éloignée de sa famille. Elle a pleuré presque sans discontinuer pendant deux nuits, appelant son papa et sa maman. Cette enfant, comme le reste de la famille, est tellement angoissée qu'elle ne peut supporter une séparation, même temporaire. Et pourtant, elle adore l'école...
Jusqu'à présent, la famille refusait toute aide matérielle, mais nous pensons qu'il va falloir en venir là et lancer uns souscription. Mon amie prépare également une pétition.
J'ai écrit aujourd'hui une lettre destinée à Xavier Emmanuelli, président fondateur du Samu social. Copie en sera adressée à Mme Parigi, la directrice générale. Si vous avez quelques minutes, vous pouvez faire de même (et vous inspirer largement de ce courrier). Que ceux qui sont prêt à écrire m'envoient un mail, je leur donnerai alors les vrais noms d'Aya et des siens.
J'ai croisé Aya ce matin (elle allait au rendez-vous avec la sage femme). Elle est toute menue dans son manteau d'hiver. On ne la croirait pas à 7 mois de grossesse. A peine à 5. Elle me paraît plus mince que lorsque je la voyais tous les jours, quand elle emmenait sa fille aînée à la maternelle. Je lui ai offert un pot de confiture pour son anniversaire, de celle que j'ai fait la semaine dernière. C'est tellement dérisoire. Et pourtant, quel beau sourire elle m'a offert...

Lire la suite...

vendredi 17 mars 2006

Joyeux anniversaire

Il faut fêter tous les anniversaires, même ceux qui ne sont pas gais. Parce qu'on se dit que, quand on commence une nouvelle année, il y a une toute petite chance pour qu'elle soit différente, meilleure, moins pire. Malgré tout ce que je peux voir dans la vie [surtout celle des autres, je croise les doigts], je reste une incorrigible optimiste…

Lire la suite...

Je vais ouvrir la boîte à baffe

On a beau être calme, patient, compréhensif. On a beau aimer la vie et se dire que tout le monde il est beau tout le monde il est gentil, il y a des soirs où on a envie de gueuler : MAIS PUTAIN DE MERDE, IL Y EN A UN QUI VA FINIR PAR BOUGER SON CUL DE SA CHAISE !

Lire la suite...

jeudi 16 mars 2006

Otage, Aya, Béchir et les autres

Quatre jours à la maison, pour cause de grippe et ne prendre des nouvelles de l’extérieur – entre deux sommes – que via les fenêtres. Celles de mon appartement tout d’abord (y a du soleil), celle d’Internet ensuite (beau temps mais parfois orageux) ou de la télé (maussade, très maussade).

Lire la suite...

mercredi 15 mars 2006

Aya et les siens. Une famille en danger

Aya, Béchir, Nour et Karim* existent. Je les ai rencontrés. Broyés par un système sans merci, ils sont en train de s’enfoncer. Nous avons besoin d’un coup de main pour les aider. Il en va de la santé d’un enfant de 4 ans, de celle de sa mère et surtout de celle d’un bébé à venir.

Si vous avez des idées, si vous avez une toute petite place sur votre blog pour parler d’eux, faire en sorte qu’ils ne disparaissent pas complètement dans l’indifférence générale, merci de relayer.

Lire la suite...

- page 1 de 2